Des nouvelles du Grenadier

Il fallait s’en douter, quelques jours après la présentation du new Defender 2020, Ineos a posté quelques nouvelles de leur projet de 4×4 tout terrain pur et dur. 

Pour rappel, Ineos est une entreprise du secteur pétrochimique dirigée par Sir Jim Ratcliffe qui est un grand fan du Defender et qui avait essayé de racheter les droits de fabrication lorsque Land Rover a cessé la commercialisation. Devant le refus de JLR, il a alors décidé de lancer le projet de créer et produire un tout terrain qui serait le successeur du Defender.

Grenadier,_Belgravia,_SW1_(5992985459)
le Grenadier à Belgravia, established 1720.

On le sait, Land Rover a choisi de faire du new Defender un modèle haut de gamme, basé sur une structure monocoque, et d’un prix de vente qui le place hors de portée de la clientèle traditionnelle du Defender premier du nom et des Land Rover Series. C’est un choix qui peut sembler valable mais qui pourrait présenter néanmoins certains risques à long terme. Jim Ratcliffe a senti qu’il y avait peut-être un manque et a choisi de le combler.

Donc, ce que nous savons maintenant de plus sur le Projekt Grenadier :

  1. Il s’appellera Grenadier, du nom du pub où le projet a débuté. Un questionnaire en ligne avait été lancé pour choisir un nom et finalement ce qui était le plus logique a été retenu.
  2. Il sera assemblé au Pays de Galles dans une ville où Ford compte fermer une usine de moteurs, les composants seront fabriqués au Portugal.
  3. Il n’y a toujours pas de photos du véhicule mais on peut voir sur le site internet et sur des vidéos que les choses avancent. Ce sera un 4×4 à châssis échelle et à essieux rigides, avec un moteur d’origine BMW en version diesel ou essence.
  4. Le prix annoncé serait entre 30000 et 35000 livres (45000 max). 
  5. Des spécifications et des performances dans la lignée du Defender, avec des petits plus : ex. la possibilité d’y charger une palette standard.
  6. Il est prévu de faire différentes versions, fermées, bâchées, pickup, etc
  7. etc.

Certes, la fabrication des composants sera faite au Portugal, mais l’assemblage sera au Royaume Uni. Ce n’est pas anodin, aujourd’hui, excepté Mini (propriété de BMW) il n’y a plus de constructeur “généraliste” anglais en Angleterre. JLR se situe maintenant dans le haut de gamme, voire même le luxe. Il est possible que cela soit ressenti comme un manque. Ineos sera peut-être vu comme étant le nouveau constructeur britannique. Certes, le Grenadier n’est pas une gamme à lui tout seul et cela ne représentera pas des chiffres de production du même niveau qu’un constructeur établi. Mais le Grenadier joue un peu sur l’idée du produit britannique pour des britanniques. 

Le choix de faire un châssis à échelle est tout à fait classique et adapté au produit. En revanche, on pourrait se demander si garder un essieu avant rigide est justifié. Il y a eu et il y a des 4×4 tout terrain et/ou utilitaires à roues avant indépendantes. Et un essieu avant rigide bien que simple, solide et fiable n’est pas ce qu’il y a de mieux question comportement dynamique sur route. Pour le train arrière, le choix d’un essieu rigide est lui tout à fait logique pour un véhicule destiné à transporter de lourdes charges. C’est un peu la norme pour les nombreux pickups japonais ou américains.

Capture d’écran 2019-09-23 à 21.29.12
L’enseigne du pub.

A l’heure actuelle, rien n’a transpiré au sujet du style ou du design de la carrosserie. Il y a un châssis roulant pour faire des essais. Mais il s’agit d’un mulet, rien de plus. Il est évident que le design du Grenadier sera un défi. Land Rover ne verait probablement pas d’un bon oeil un Grenadier qui serait un copié-collé du vieux Defender. Et faire un design trop basique, taillé à la hache, c’est le meilleur moyen de faire quelque chose de moche et banal. A une époque, tout le monde a copié la Jeep Willys MB (on se rappelle de la Delahaye VLR, l’Alfa Romeo Matta ou encore la première Fiat Campagnola),  plus tard, c’est la Land Rover qui était devenue la norme (Campagnola II, Saurer F006, les dérivés de la Santana sous licence, etc.). Aujourd’hui, il y a plus de choix. Je pense que chez Ineos, on le sait parfaitement et qu’on va tout faire pour que le Grenadier ne soit pas qu’une copie ou un générique du Defender.

Le lancement est prévu désormais pour 2021, il faut encore finir l’usine et créer un réseau de vente. Mais il semble que le projet soit en bonne voie. 

35000 livres, ça fait moins de 40000 euros. Il faut avouer que c’est intéressant.

 

 

New Defender, avis mal pensant

The great Pretender.

Donc le nouveau Defender a été officiellement présenté au monde ébahi. Ceux que ça intéresse ont pu voir des tas de photos un peu partout sur internet disposées ici ou là dans des articles de journaux ou de blogs. Ceux que cela n’intéresse pas ne lisent pas ce blog.

New Defender
Le new Defender (en version 110)

Peut-être avez-vous constaté que très souvent certains des articles dans les journaux et blogs parlant d’automobiles reprennent quasi mot pour mot ce qui est dans le dossier de presse du constructeur. De mauvaises langues prétendent que c’est parce que les journalistes sont un peu flemmards ou qu’ils ont peur de vexer les constructeurs et de ne plus être invités aux essais presse et autres petits raouts organisés. 

Defender 90
La version 90, plus trapue.

Comme je suis un éternel râleur, et que ça c’est mon blog à moi et que j’y fais ce que je veux, je vais vous présenter ma propre petite analyse à deux balles du nouveau Defender. 

Defender original
L’original

D’abord le profil.

Comme on peut le constater, contrairement au Defender premier du nom les lignes de force du toit, de la ceinture de caisse, de l’avant et des piliers ne sont pas parallèles. Certes, ce n’est pas aussi violent et exagéré que sur le Range Rover Evoque (où c’est justifié du point de vue marketing : gros jouet urbain pour posh allant de temps à autres en visite à la campagne). Mais était-ce vraiment une bonne idée ? L’horizontalité et la verticalité sont ce qui donne ce look unique au Defender.

analyse
Vous arrivez à lire ? moi j’avoue que j’ai de la peine. Mais c’est vrai que je suis vieux et bigleux.

La raison pour laquelle la quasi totalité des voitures modernes ont des lignes de forces fuyantes (et des ceintures de caisse trop hautes) n’est pas vraiment due à un souci aérodynamique (1). C’est plutôt parce que la plupart des designers modernes ont l’habitude de faire les croquis (plus ou moins fignolés) de la même manière : on tire une droite qui figure le sol puis on dessine la roue avant de face et la roue arrière de plus ou moins trois quarts de face. Ensuite on laisse libre cours à son imagination. Voir ci-dessous.

sketch ex
J’ai un peu perdu la main. C’est vraiment juste un croquis

Le problème inhérent à ce procédé est que vous voyez la voiture d’une hauteur d’environ 80 cm, ce qui fausse le regard, et que c’est trop facile de faire un truc qui en jette. Il y a un risque de prendre la mauvaise habitude de toujours faire le même genre de dessin. Bon d’accord, cela va très bien pour tout un tas de genres de véhicules, mais (à mon avis) pas pour faire le successeur du Defender.

face avant
pas de doutes, c’est bien un Range… Land Rover.

Face avant.

C’est assez évident, c’est un Land Rover. C’est du brand identity : il faut à tout prix que l’on identifie le modèle comme étant de la marque. 

calandre stage one
Ça aussi, ça a de la gueule.

C’est une bonne idée, mais il ne faut pas en abuser : à la longue, on risque de ne plus savoir renouveler le style et à force de reconnaître la marque, on ne reconnait plus le modèle. L’avantage, c’est que si on maîtrise ce procédé, chaque nouveau modèle ne rend pas les précédents immédiatement visuellement obsolètes. 

Mercedes, BMW, Audi et VW ont depuis longtemps été très forts à ce petit jeu. Mais il y a un risque de lassitude et d’immobilisme. Parfois il faut oser la rupture (2).

arrière
L’arrière me fait penser à la Jaguar XJS : on disait que le type qui avait dessiné l’avant n’avait jamais rencontré celui qui avait dessiné l’arrière.

Face arrière (3).

Là, le mot d’ordre était de faire un truc qui évoque (Range Rover) le premier Defender et les Land Series. Mouais… Perso, je ne pense pas que c’était le meilleur moyen de relier le nouveau Def à l’ancien. Tout cela est un tantinet tarabiscoté. C’est pas vraiment moche, mais… Et puis, sérieux les gars, les LEDs c’est bien mais faut pas exagérer. Vous auriez pas pu faire plus simple ? 

ouïes
L’ouïe l’ouïe…

Les détails.

D’abord les ouïes d’ailes avant. Là aussi, brand identity peut-être un peu mal placée. Une des caractéristiques du Def, c’est les quatre ouïes sur les ailes avant. Bon, d’accord, tous les Def ne les ont pas et les Series non plus. Mais celles qui sont sur les derniers sont vraiment très réussies. C’est un signe distinctif unique et ça donnait un petit côté “pro” et “technique avant tout” (4). Et surtout c’était totalement cohérent avec l’ensemble du style de la voiture. Là, on a essayé de mixer le style des Range modernes avec celui des ouïes du Def. Pas totalement maîtrisé, à mon humble avis.

carré beige
Ceci n’est pas un gros plan, c’est un insert (dans la vitre).

Le détail troublant.

On l’avait aperçu bien camouflé sur les protos, on se posait des questions. Le carré beige (5)… On a pu voir des photos où on y montre soit une échelle, soit un caisson proéminent, soit autre chose. Ou l’art de transformer un défaut en qualité. Il est possible que cela devienne la marque de fabrique du nouveau Defender. Mais pourquoi ce truc bizarre ? Explications possibles, voir ci-dessous.

defender latérale
Je crains un peu qu’une caméra de recul grand angle ne soit pas un must…

On l’a assez dit, le new Def a une structure monocoque. Dans l’imagerie populaire, un châssis à longerons (ou échelle) a un côté passéiste et vieillot. Ah bon ? Et pourquoi donc ? Non, c’est uniquement un choix technologique, rien de plus. Faire une monocoque par peur de passer pour des ringards, c’est franchement pas une bonne idée. 

Structure
J’espère que c’est écrit suffisamment petit pour que  vous ne voyiez pas la faute de frappe.

Cela ne veut pas dire qu’une monocoque ne sera pas un bon tout terrain, mais un châssis à longerons aurait donné plus de latitude pour en dériver des variantes : bâchée, pickup, cellule, etc. 

Là, ce sera très dur de faire des modifications futures, même pour l’usine. Et tant qu’à faire, pourquoi pas une plateforme emboutie et une superstructure en tubes ou profilés aluminium, ça c’est déjà vu. Peut-être une question de coût de production.

Conclusion.

Non, le nouveau Defender n’est pas un ratage. Mais ce n’est pas vraiment un Defender. Certains esprits féroces l’ont déjà surnommé Discovery 7 ou même Pretender. En français, on pourrait (dans le même ordre d’idée) l’appeler le Défendeur (6)…

 

ps : je n’ai même pas parlé du style intérieur. Un de ces jours si j’ai une autre crise de râlerie, je ferai peut-être un article à ce sujet. Il y a du bon, du pas si mal mais aussi du “mouais, franchement vous êtes sûrs que c’est une bonne idée ?”. Et si je n’ai pas évoqué les alpines windows… c’est parce que là, je me serais vraiment énervé… gimmick!

 

Notes de bas de pages (oui, je suis un fan de Terry Prachett ) :

  1. Oui, au point de vue aérodynamique, avoir le maître couple (la section la plus grande) vers l’avant et l’arrière plus fin donnent un meilleur coefficient de traînée. Mais les plus gros gains aérodynamiques sur une voiture sont ailleurs : plancher lisse, écoulements internes (espace moteur, radiateur, entrée d’air, etc), dimensions des pneus, surface frontale (191 cm de large sans les rétro… le Def fait 180 cm avec les rétros !), surface mouillée (un peu moins important que pour un avion tout de même). Et puis… on ne vole pas à 300 kts en croisière au FL 250, on roule à 60 km/h en moyenne sur la route (et encore moins vite sur la piste). 
  2. Question rupture, avez-vous déjà vu une Rover P3. C’était la Rover contemporaine du premier Land Rover. Durant 68 ans, les Series et le Def ont toujours été en rupture avec le reste des Rover ou même Range Rover. C’est aussi une des raisons de son aura mythique : son style brut et fonctionnel était la racine qui justifiait le Range plus bourgeois. Un peu comme le cousin paysan chez qui on passe les vacances qui fait se sentir un peu “de la campagne”.
  3. Face arrière… voilà bien une expression débile. La face c’est devant, derrière c’est le c…   popotin.
  4. Je l’ai déjà dit, le dessin des ces ouïes et aussi le restyling des vitrages de la partie arrière du Defender sont un bijou de design bien foutu. Le type qui a fait ça… il doit être à la retraite, hélas. Je crois qu’un des soucis avec JLR, c’est qu’ils n’ont pas réussi à se libérer des années Ford. Et pire, ils ont engagé des gens venus de chez Porsche ou BMW pour le marketing et la direction du style. Ce n’est jamais très bon de mettre une tête extérieure par dessus les gens de la maison. Où sont passés les anciens de Rover ?
  5. Beige… Chez les anglo-saxons, le beige est la couleur des tailleurs BCBG des femmes bien sous tous rapports et qui ont de la thune (genre Bree Van de Kamp). C’est un synonyme d’ennuyeux.
  6. En anglais, defender signifie défenseur, celui qui défend. Genre chevalier dans sa brillante armure. En français défendeur (defendant en anglais) signifie celui qui se défend (en général d’une accusation dans un tribunal)… genre accusé dans son uniforme orange. Comme faux ami, on ne fait pas mieux.

 

 

Phishing ?

Déjà, pour commencer, je précise que je ne vend rien. Donc si vous trouvez des objets fabriqués par Les Suricates à vendre quelque part sur internet, c’est très vraisemblablement sur un site de vente en ligne bidon. Site de vente bidon = généralement tentative de vous piquer du fric d’une manière ou d’une autre. Ce qu’en bon français on appelle du phishing (hameçonnage).

Tardis des Suricates
Si vous trouvez un Defender aussi beau à ce prix. Svp, faites moi signe !

Pourquoi je vous parle de ça ? Et bien, l’autre jour, je voulais montrer le blog à quelqu’un depuis un autre ordinateur que le mien et j’ai tapé « Tardis des Suricates » sur g–gle. En première page des résultats de recherche, j’ai vu plusieurs sites bizarres autant qu’étrange. Je suis allé voir de plus près et ce que j’ai trouvé m’a : 1) surpris, 2) agacé, 3) amusé un peu.

Table en kit
N’achetez pas ce truc : il manque les 3/4 des rivets. (je sais ce que je dit : c’est moi qui l’ai fait)

Donc si vous trouvez un Land Rover Defender bleu couvert de neige à vendre pour 43,99 euros sur le net, sachez que c’est une arnaque. Pareil pour une table pliante de 4kg, qu’elle soit en kit ou déjà montée. Je répète, je ne vend rien. Et si un jour ou l’autre, il me prenait l’envie de vendre des tables pliantes, je vous avertirais par l’intermédiaire de ce blog (de la mort qui tue). Et si vous cherchez un Defender à vendre, aller voir sur le Bon Coin ou Autoscout. Mais je doute que vous en trouviez à 44 euros. Moi, le mien, je me le garde! Na !

Capture d’écran 2019-09-01 à 17.15.43
C’est flatteur, on dirait une vraie. Mais non, c’est la mienne et elle est unique.

Les sites (fortement soupçonnés d’être frauduleux) en question (je ne met pas de liens, ce serait pas malin) :

imminent.ourbigoffer.com

boutique.nicetheok.com

bureau.cheapudeals.com

leona.niceshoppin.com

Je vais voir si il y a un moyen de signaler ces sites aux autorités compétentes. En attendant, faites gaffe : c’est facile de faire un joli faux site de vente en ligne qui ne vous livrera jamais rien mais qui saura quoi faire de vos informations bancaires.

 

 

Boxy or boring?

Dans quelques jours, le new Defender va être officiellement présenté. Ces derniers jours, on a eu droit à une nouvelle photo “fuité”, photo prise sur le tournage du prochain James Bond. C’est cool quand on peut compter sur un blockbuster iconique pour faire la promo de ses voitures. 

No Time to Die
The new Defender. Now, time to die (it’s a joke, you’ll understand in some months).

Bon, que dire… Certes, c’est une photo faite avec un smartphone (vu la qualité) et cela implique une certaine déformation due à la lentille, genre comme un portrait au grand angle : ça vous fait immanquablement un gros nez. Mais voilà, après toutes les déclarations du chef designer de Land Rover, Gerry McGovern, comme quoi …nous pensons à l’avenir, nous ne sommes pas passéistes, mais nous voulions garder l’ADN du Defender, etc… Ben… bof, quoi.

Je comprend le soucis de ne pas se figer dans le passé, surtout de la part d’un constructeur anglais (on le leur a assez reproché, souvent à tort), mais vouloir ménager la chèvre et le chou n’est pas une bonne idée. Chaque fois que des constructeurs anglais on voulu faire ce genre de trucs, ça a foiré : la Lotus Seven Serie 4, la Morgan Aeromachin (pourtant assez bien vendue mais moche quand même).

old and new
Hey Gerry! Could you really build a house with the new one?

Et vouloir à tous prix faire du moderne, tendance, pas passéiste… ben souvent le résultat n’a pas été transcendant : la Triumph TR7, certaines Jaguar dessinées sous l’égide de Ian Callum (on peut être très bon pour dessiner des Aston Martin et être très mauvais pour dessiner des berlines sportives), la TVR Tasmin, la Ford Sierra (moche un jour, moche toujours), etc…

C’est un peu le drame des designers anglais, ils ont un passé impressionnant, durant des décennies ils ont donné le ton pour les roadsters (de l’Austin Sprite à l’Aston Martin DB4-5-6, en passant par toutes les MG Midget, les Morgan, etc) et les berlines sportives (Jaguar MkIV, MKII, XJ6, Riley RM, Rover 3500…). Ceci parce qu’ils partaient d’une base mécanique logique et simple, quelle que soit la taille et le prix de la voiture. Et qu’ils se foutaient éperdument des théories.

Monuments
Do you see what I would say?

Les gens de Rover ont été plus qu’excellents pour dessiner le Defender à partir du Land Rover Serie III, du vrai boulot de vrai pros : si vous regardez bien les ouïes d’ailes avants et la découpe des vitres de portes et de la partie arrière, vous verrez qu’ils ont fait mieux que tout juste. Ils ont pris la caisse alors déjà vieillotte du Land et en suivant les lignes de forces et les panneaux d’alu, ils ont réussi à la sublimer (oui, je sais : sublimer ça fait un peu trop, mais bon…) au point qu’un spectateur ne connaissant pas le Land 88-109 aurait pu croire que l’ensemble était né comme ça, juste la veille. 

Mais une chose est sûre : quand ils se mettent à sortir les mots ADN, heritage, etc… ben ils se plantent. Et à mon point de vue, Gerry McGovern a passé trop de temps chez Ford UK avec son pote Ian Callum, dans leur idée on devrait faire les pubs comme les bars à sushi : moderne et ennuyeux. On appelle parfois cela le style normcore, autrement dit trendy and boring ou… politically correct. Alors le nouveau Defender sera normcore (mais avec un ADN et un heritage…), ptet ben… mais en tous cas, ce que j’ai vu pour le moment… ouais ben bof.

Legends
Top: musicians.  Bottom: marketing product.

Boxy ? Indeed? …No, I am afraid you are wrong my dear Gerry, it’s not boxy, it’s flabby. It’s not DNA, but gimmicks. Seriously, fake checker plates? And why this so complicationized front grille? Why did you try to copy the radiator grille of a Ford Ranger, and less well? 

I know you had a lot of pressure, I understand it was a serious challenge …but you should do better. You took the wrong path, you should forget everything and simply ignore what the marketing department said (generally they say bullshits: many are young graduates without knowledge only doing as it’s written on the books), and first of all: you had to forget your own certitudes. Just design a good car, without using clay! Just paper and pen, like you were a child. 

To do that, perhaps you could have taken a break (not a Ford Sierra) and go to a pub in a small town, near Coventry or Solihull; or somewhere in the Cornwalls, helping your brother in his farm (don’t bother me with details, you don’t have a brother who is farmer in Cornwalls? Just invent…).

You forget to be innocent and simple, you forget the fog and the rain, you forget to look at the sheep along the roads, you forget the tweed jacket, you forget the old houses made of red bricks, you forget the old single track roads. You forget your own roots.

You forget the rule number one: forged rather than cast. …Time to retire?

 

 

Heading 090

Pour le weekend prolongé du 15 août, nous nous étions dit qu’une petite virée dans les Grisons (Graubünden – Grischun) pourrait être sympa. C’est le coin de la Suisse tout à l’est, là où on parle le romanche. A propos, contrairement à ce que certains croient, le romanche n’est pas un mélange d’allemand et d’italien. C’est une langue romane du groupe des langues rhéto-romanes dont l’aire linguistique allait de la Bavière au Tyrol et même jusqu’au Frioul. Malheureusement, c’est une langue qui risque de disparaître, l’allemand prenant le pas petit à petit déjà depuis le moyen âge. 

IMG_1398
Joli n’est-ce pas ? La route du Susten vue depuis la route du Susten (blague déjà faite récemment sur ce blog)

Pour aller par là-bas depuis chez nous, il y plusieurs routes possibles. Soit on fait comme la plupart des gens, on prend l’autoroute vers le nord est via Zürich, ça fait un peu plus de route mais un peu moins de temps (320 km – 3h 30’). Soit on fait comme les motards et on passe par les cols alpins. Et là encore on a le choix, on peut passer au nord par le col du Susten ou au sud par les cols du Grimsel et de la Furka. Dans les deux cas, on devra encore se taper le col de l’Oberalp. Ensuite, on suit la route en passant par Disentis et Coire (capitale des Grisons).

IMG_1409
tunnels, virages, cascades

Pour simplifier tout ça, j’ai tiré une droite sur la carte et j’ai choisi la voie la plus rectiligne possible : cap à l’est (090), col du Jaun, Sustenpass, Oberalppass. Bon, quand je dis rectiligne, ça c’est si vous avez une carte au 1:1 000 000. Parce que dans la vraie vie, il y a tout de même un certain nombre de virages, et aussi quelques montées et descentes. 

IMG_1433
Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? C’est beau, c’est tout.

C’est censément la route la plus courte en kilomètres (environ 285 km), mais c’est aussi la plus longue en temps (5h 45’). Nous sommes partis à 10h du matin et nous étions à Lanzerheide pile à 17h. Bien sûr, on a tout de même fait quelques arrêts en cours de route, déjà pour manger et aussi pour prendre un peu l’air.

IMG_1337
Sur la route entre le Jaunpass et Interlaken

Faire des cols alpins en Defender est une expérience amusante ; on va certes un peu moins vite que le motard moyen (beaucoup moins vite que le motard confirmé…) mais parfois on se prend à râler contre le touriste rose et blond qui se traîne à la montée et qui panique à la descente. 

IMG_1422
Il y avait encore des névés par ci par là.

Je ne vais pas faire de cliché sur les conducteurs des pays plats ou même creux, il y a des bons et des mauvais partout. Et aussi quelques pignoufs des montagnes qui n’ont pas vraiment conscience de la manière de prendre un virage en épingle sans avoir à déborder sur la voie d’en face en sortant de la courbe comme un bourrin (parce que le bourrin en question est entré trop vite et à tourné trop tôt). On ne prend pas les virages à la corde dans les épingles à cheveux, on prend la trajectoire qui permet de garder le maximum de visibilité et de sortir du bon côté de la route (trajectoire qui en plus permet de sortir du virage avec une meilleure vitesse). Crénom…

trajectoire épingle
Trajectoire pour épingle à droite. Pour une épingle à gauche, c’est la même chose mais de l’autre côté. L’épingle à gauche est souvent plus facile parce que plus « naturelle » : on a plus l’habitude de tenir la droite du virage.  Image tirée du site Passion Moto Sécurité

Bon, fini de râler… Je me suis bien amusé sur la route et ceci à des vitesses que la morale et la loi ne réprouvent même pas. Et j’ai probablement vexé un ou deux vroumvroumeux en berlines germaniques ne sachant pas conduire en dehors des lignes droites.

IMG_1418
Champ de cailloux vers le haut du col.

A Pradaschier, nous avons testé un truc rigolo : le Rodelbahn ; en français, luge d’été. C’est une descente sur une sorte de luge montée sur des rails. C’est vous qui gérez la vitesse. Rassurez-vous, c’est fait en sorte que la luge ne puisse pas dérailler. C’est marrant, mes filles ont adoré.

Pradaschier_DSC05829
Le Rodelbahn (photo piquée sur le site officiel)

Nous avons aussi profité du soleil et du calme. Et nous avons tout autant profité de la cuisine grisonne.

IMG_6032
Strudel aux pommes avec sauce vanille. Miam

A ce propos, je conseille le restaurant St Cassian du camping du même nom. Le camping est très bien (pas de piscine mais ce serait ridicule à cette altitude) mais le restaurant est parfait. Bon d’accord, c’est les prix alpins : élevés comme les montagnes alentours. Mais je n’aurais jamais pensé que l’on puisse faire d’un cordon bleu frites, quelque chose d’aussi sublime.

IMG_6041
Cordon bleu et Calanda Brau (bière des Grisons). Noter que c’est bien mieux en vrai qu’en photo.

Et puis nous sommes rentrés, par l’autoroute, via Zürich. C’est plus rapide mais nettement moins amusant et aussi plus fatiguant (bouchons, travaux, andouilles à roulettes).

IMG_6030
Le Tardis au soleil couchant des Grisons

Et voilà, vu le temps actuel, j’ai bien peur que la prochaine virée du Tardis se fasse sous la neige : aujourd’hui 21 août, il a neigé en dessous de 3000 mètres.

 

 

Pop top & roof rack

En jetant un oeil sur les stats, j’ai remarqué que les liens qui sont le plus souvent vus depuis le blog sont ceux pour les toits relevables, et l’article le plus souvent consulté est celui qui parle de ces toits.

Je mets à jour cet article de temps en temps (comme aujourd’hui par exemple).

Une des raisons qui pose problème avec pas mal de ces toits relevables est que l’on ne peut pas vraiment mettre une galerie dessus. Certains sont suffisamment solides et sont prévus pour y mettre des trucs. Mais pour d’autres, faut oublier.

Ça, c’est ce que je croyais… Un des toits qui a le plus de succès parmi les visiteurs de ce blog est celui de Drivelodge. Clair que c’est pas prévu pour avoir une galerie de toit, ce truc.

Drivelodge
Le fameux toit de Drivelodge

Et puis j’ai trouvé ça : Oryx Solutions. C’est un des revendeurs de Drivelodge, en Allemagne. Alors là, chapeau ! C’est bête comme tout, mais il fallait y penser.

Capture d’écran 2019-08-13 à 22.43.55
Bon, la fille doit pas peser bien lourd, mais ça a tout de même l’air costaud le truc.

Ben voilà, c’est ptet pas très important, mais ptet que ça peut intéresser du monde.

A plus.